Thibault Larue : « La Formule 1 doit se réconcilier avec les jeunes »

Journaliste pour Sport Auto et intervenant régulier de l’émission « Les spécialistes F1 » sur Canal +, Thibault Larue s’est attardé sur la jeunesse florissante de la Formule 1, et notamment Max Verstappen, dans le guide de la saison 2015 de Sport Auto. Et selon lui, l’arrivée de ces très jeunes pilotes est une chance pour ce sport « de vieux géré par des vieux ». Entretien.

Jeunes-F1

Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat, Carlos Saint Jr et Max Vesrtappen : la jeunesse prend le pouvoir en F1

– Constatez-vous un rajeunissement du plateau ces dernières années ?

Il y a deux hypocrisies dans ce sport : l’âge et l’argent. On essaie de nous faire croire que tout a changé qu’aujourd’hui les pilotes payent alors que quand on regarde l’histoire de la F1, c’est quand même un mouvement assez classique. L’argent a toujours existé et c’était même pire avant. Et si on regarde la moyenne d’âge des GP, hors années 1950, on se rend compte qu’elles ne sont pas si éloignées que ça d’aujourd’hui. Donc je dirais, oui ça s’est rajeuni, mais c’est à peu près comme ça dans tous les sports. Dans les 1950 il y a encore des GP à 31 ans de moyenne donc ce n’est pas énorme. Dès les années 1960, il y a déjà des jeunes qui arrivent. Le meilleur exemple ce sont les frères Rodriguez, notamment Ricardo qui avant de débuter en F1 arrive au Mans à 17 ans, il veut courir, mais finalement on lui refuse parce qu’il est trop jeune et finalement il arrive l’année d’après à 18 ans et il fait un podium alors que son coéquipier a 50 ans. Il y a eu Hamon en 1963 qui avait 19 ans. Donc dans chaque décennie il y a eu au moins un pilote de moins de 20 ans. Il y en avait certes moins avant, mais c’était plus un exploit de débuter à 21 ans dans les années 1950 qu’à 17 ans aujourd’hui.

– La fin de l’hégémonie de Schumacher, qui a bridé et bloqué l’évolution d’une génération n’explique-t-elle pas également ce phénomène ?

Non je ne pense pas parce que Schumacher ne prenait qu’un seul volant et il n’a pas empêché les autres écuries de prendre des jeunes pilotes…

– Il a quand même mis la main sur de nombreux titres et victoires

Oui on peut dire ça du début des années 2000 mais avant dans les années 1990 il n’a pas gagné de titres pendant cinq ans donc non je n’irai pas sur ce terrain-là. Je dirais plutôt que le sport se professionnalise et les gens commencent plus jeune. Les deux exemples les plus marquants sont Juan-Manuel Fangio, qui a passé son permis de conduire à 25 ans et Jacques Laffite qui n’a pas fait de karting et qui a commencé à courir à 25 ans. Il a fait deux années de monoplace et deux ans après il était en F1. Donc si on compare l’expérience de Max Verstappen qui a commencé à courir à 4 ans, a fait 10 ans de karting et une année de F3, on peut dire qu’il avait 10 fois plus d’expérience qu’un Laffite à 27 ans.

– Cela remet-il en cause l’utilité de certaines catégories inférieures comme le GP2 ?

Ça a toujours été comme ça. Ces catégories inférieures sont très bien pour certains pilotes, mais les très grands pilotes n’en ont pas besoin. Ayrton Senna n’a jamais fait de F3000…

– Mais Hamilton a fait de la GP2 pourtant…

Lewis Hamilton c’est un cas vraiment à part dans cette catégorie de talent, c’est le seul qui a fait tous les étages dans les catégories inférieures. Mais je pense que si Hamilton avait débuté en F1 en 2005 (au lieu de 2006), ça aurait fait exactement le même résultat. Donc il y a des pilotes qui ont fait pleins de GP2 avant, qui ont tout gagné et qui ne mettent pas un pied devant l’autre en F1. Si tu as le talent, les catégories d’avant ne servent quasiment à rien et ça se voit avec les très très grands champions.

– En apportant une nouvelle méthode (développent leur propre système de formation et lancement de jeunes en F1), Red Bull est-il à la base de ce phénomène ?

Je suis complètement d’accord. Et c’est ce qui prouve qu’en F1 la limite n’est ni technique ni sportive, elle est dans les mentalités. Ferrari est très coupable. Au lieu de jouer la carte des jeunes, Ferrari se trimballe des pilotes pendant 10 ans qui ne servent quasiment à rien, des Barrichello, des Massa, alors qu’en mettant un jeune à la place, ça marcherait tout aussi bien voire peut-être mieux. Alors c’est vrai qu’on le doit à Red Bull qui est venu en F1 pour faire différemment, pour faire du marketing. Et c’est vrai que quand on regarde les records de précocité, les 4 ou 5 premiers ce sont des pilotes Toro Rosso ou Red Bull. La F1 est souvent bloquée dans les mentalités. Il n’y a aucune raison pour que Ferrari n’adopte pas la même mentalité en lançant tous les 2 ou 3 ans un jeune pilote. Ils auraient pu prendre Bianchi ou Bottas, mais ils préfèrent traîner les trentenaires à l’image de Kimi Raïkkonen, mais il faudrait se poser la question l’année prochaine du lancement d’un jeune à sa place. Toujours est-il que s’il n’y avait pas eu Red Bull, on n’aurait jamais eu ce phénomène.

– Ne se sont-ils pas trop précipités avec l’intégration de jeunes poussant parfois vers la sortie des pilotes tels que Vergne qui passe pour un ancêtre ?

Oui, mais ils ne se sont jamais trompés. Ils n’ont jamais amené un mauvais pilote en F1. Même quand on prend Buemi ou Alguesuari, ils font de très bonnes choses ailleurs. Le seul contre-exemple est peut-être Scott Speed, mais que ce soit Vergne, Kvyat, Verstappen, se sont de très bons pilotes donc ils ne se trompent pas et ils leur font confiance. Red Bull n’amène pas de mauvais pilotes en F1 et voir Ricciardo balayer Vettel la saison dernière, ça prouve aussi que leur système est bon. Il faut faire confiance aux jeunes, car il n’y a aucune raison qu’un pilote de 17 ans soit incapable de conduire une Formule 1 aujourd’hui. On le voit bien avec Verstappen.

– Les solutions mises en place par la FIA sont-elles justifiées ?

C’est une stupidité, mais c’est la volonté de la FIA depuis des années de tout réglementer. Ce n’est à la fois pas intelligent, car avec ce système-là il n’y aurait pas eu Alonso ou Raïkkonen donc je ne vois pas comment on ose sortir une règle pour bannir ce qui a permis à certains pilotes d’être champion. Et la F1 qui est déjà un sport de vieux géré par des vieux envoie comme message aux jeunes : on ne veut pas de vous. C’est très étrange. À ce moment-là, je ferais une autre règle à partir de 10 ans en F1 vous n’avez plus le droit de courir, pour qu’il y ait du renouvellement. Certains pilotes font plus de 300 Grand-Prix alors que certains jeunes, même de 22, 23 ou 24 ans, n’ont jamais leur chance… Donc je suis complètement contre cette règle que je trouve contre-productive et j’espère qu’elle sera bientôt changée, car il y a un même un gamin de 15 ans en NASCAR. Il n’y a donc aucune raison pour que la F1 ait peur des jeunes. Au contraire elle doit se réconcilier avec les jeunes.

– La FIA a-t-elle fait ça pour faire taire les critiques?

La FIA son but est clair c’est de régir tout ce qui se passe. Les critiques sur Verstappen étaient toujours les mêmes, venant toujours des mêmes personnes qui critiquent toujours tout le monde. Nous, toutes nos informations disaient qu’il finirait en F1. On a connu exactement la même chose avec Raïkkonen, en 2001. Tout le monde disait « il est dangereux, il va faire un mort… » et dès la première course il était dans les points donc c’est vraiment la réaction d’un vieux sport qui est incapable d’accepter la nouveauté.

– Concernant Max Verstappen, est-ce qu’il aurait préférable qu’il s’aguerrisse encore un peu dans les catégories inférieures ?

Il a une phrase qui passe pour de l’arrogance, mais qu’il m’a répétée plusieurs fois : « Faire du GP2 ça aurait été une perte de temps ». Il a totalement raison. La F1, il faut y aller dès qu’on peut. Il y a trop de pilotes qui ont laissé passer des opportunités. On ne ferma jamais la porte à la F1. Si on est prêt à 17 ans, on le sera à 18. Je dirais même qu’il y en a qui ne sont jamais prêts, qui a 24 ou 25 ans n’étaient pas prêts pour la F1. Soit on l’est soit on ne l’est pas. Les pilotes évoluent très peu au niveau de la mentalité. Ils restent comme ils étaient. Un pilote comme Hamilton est exactement le même qu’au départ, pareil pour Raïkkonen. Et il y a des gamins comme ça qui ont de la maturité à 17 ans et d’autres qui ne l’ont pas. Donc pour Verstappen il ne fallait surtout pas attendre un an de plus.

– Est-ce que des pilotes comme Kvyat ou Verstappen sont là pour leur talent ou leur argent ?

Il y a toujours eu l’argent. Kvyat ne serait pas russe, il ne serait pas là. Verstappen ramène du business, il y a des accords avec des boîtes hollandaises. Son père est un grand businessman et la Hollande est connue pour des connexions financières et ce n’est pas pour rien qu’il y a quand même eu pas mal de pilotes hollandais. Mais ça, c’est vrai pour tout le monde. Schumacher, c’est Mercedes qui a payé son premier volant chez Jordan et Fernando Alonso a toujours eu des gros sponsors derrière lui. C’est un sport technique et d’argent. Dès que vous êtes bon, vous amenez de l’argent. Je ne connais pas un bon pilote qui n’a pas de sponsors qui le suivent, ça n’existe pas.

Arthur Montagne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s